Recherche
 
Fermer
Cette année
L'association
Photos,CP Vidéos
Bibliothéque
Librairie
Livres en vente
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.visagesdenotrepilat.com/julie/data/fr-articles.xml

Nous nous sommes retrouvés une petite vingtaine, par ce pluvieux samedi 4 mai, pour la visite du château de Septème.

4_mai_Septeeme_1.jpg 4_mai_spteeme_2.jpg

4-mai-septeme-3.jpg Après avoir été accueillis par quelques paons faisant la roue, nous avons suivi Hortense, notre guide habillée à la façon du XIVème siècle. Nous avons pu ainsi remonter le temps avec les différentes parties, passant du Xème au XVIIème siècle, du Moyen-âge à l’Epoque moderne en passant par la Renaissance. 4-mai-septeme-4.jpg

 Ce château est en effet un mélange de forteresse militaire et de lieu de vie plus raffiné : tour forte pour l’une, loggia et galeries à « l’italienne » ou grandes salles de réception pour l’autre.  Les pièces les plus récentes sont meublées, les poutres des plafonds à la française sont parfois décorées très finement, les murs tendus de tapisseries.
4-mai-septeme-5.jpg 4-mai-septeme-6.jpg 4-mai-septeme-7.jpg

Nous avons pu remonter l’histoire des différentes familles qui ont possédé et embelli l’édifice.

La table était dressée dans l’immense salle à manger, la porcelaine anglaise du XIXème, décorée des armes de la famille, nous a montré que l’ostentation pouvait traverser les siècles.

4-mai-septeme-8.jpg 4-mai-septeme-9.jpg

On a pu voir à l’extérieur un petit jardin à la française et l’envers des remparts, chaque meurtrière est équipée d’une loge pouvant recevoir plusieurs défenseurs. La pluie a un peu gâché la déambulation et nous avons dû nous réfugier dans les communs où des jeux de salles de café ont ravi certains grands enfants….

4-mai-septeme-10.jpg 4-mai-septeme-12.jpg 4-mai-septeme-13.jpg

Quelques- uns d’entre nous ont pu profiter d’une leçon de calligraphie médiévale ainsi qu’une présentation des équipements de la salle d’armes.

4-mai-septeme-11.jpg

Nous avons appris, discrètement dépités, qu’il existait d’autres salles : cuisine, archives mais qu’elles n’étaient pas toujours visibles, ce jour était un jour « sans ». Dommage.